Déréglementation des professions libérales :  L’UNAPL dénonce les manipulations du ministre de l’Économie et du Redressement productif

Publié le 04/08/2014
Déréglementation des professions libérales :  L’UNAPL dénonce les manipulations du ministre de l’Économie et du Redressement productif

L’UNAPL a très vivement dénoncé les propositions du ministre de l’Économie et du Redressement productif visant à déréglementer certaines professions libérales, en faisant croire qu’elles seraient responsables du défaut de croissance de notre pays et de la perte de pouvoir d’achat des Français.

L’UNAPL, qui fédère 64 syndicats de professions libérales s’oppose de façon très déterminée au procédé du ministre qui consiste à motiver l’urgence de cette déréglementation sur le résultat de rapports menés par l’Inspection générale des Finances (IGF) qu’il se refuse à rendre publics afin de mieux manipuler chacune des professions inquiétées et d’éviter tout débat contradictoire, argumenté et transparent.

Pour l’UNAPL, le procédé employé, qui vise à isoler les professions pour tenter d’exercer des pressions et écarter toute discussion publique et transparente, est contraire à la démocratie.

L’UNAPL exige la publication immédiate de tous les rapports mis au secret par Bercy afin que puisse avoir lieu un débat contradictoire avec l’ensemble des professions libérales pour discerner les évolutions possibles et les incontournables contreparties, mais aussi les évolutions nécessaires du secteur public dont les coûts devront aussi être pesés sur le trébuchet de l’équité de traitement entre les secteurs privé et public.

Pour l’UNAPL, qui s’étonne de l’absence de l’Elysée et de Matignon dans ce dossier, ce n'est pas par le recours démagogique à la désignation de boucs émissaires que les pouvoirs publics pourront dissimuler bien longtemps leur impuissance à remettre notre pays sur le chemin de la croissance.

L’UNAPL est particulièrement déterminée et prendra des initiatives à la rentrée afin :

  • de préserver les professions réglementées, qui sont une garantie et une chance pour les consommateurs, 
  • de protéger un secteur économique dynamique pourvoyeur d’emplois de proximité non délocalisables et non subventionnés, représentant le quart des entreprises françaises, et utile à l’économie française.